Cahiers de l'assainissement

Et si les campings osaient le pari du tourisme durable ?

tourisme durable

Le tourisme est un secteur en plein expansion, notamment en France. Avec des objectifs ambitieux d’augmentation de la fréquentation, notamment étrangère, notre pays veut renforcer sa position dans la hiérarchie des destinations les plus visitées. Forte de son statut de championne de la durée de séjour, l’hôtellerie de plein air veut se positionner comme acteur de premier plan du tourisme 2.0 en France.

Faire de la nature une force

Avec une durée moyenne de 5.6 nuitées, l’hôtellerie de plein air se définit véritablement en tant qu’offre d’hébergement de destination. En opposition avec les hôtels, airbnb ou maisons d’hôtes qui sont de plus en plus utilisés comme étape dans un tourisme plus nomade, les campings font donc figure d’exception.

Située en zone rurale, en milieu forestier ou en moyenne montagne, l’hôtellerie de plein air capitalise sur l’environnement et la nature dans lesquels elle s’inscrit. Pourtant, bon nombre d’exemples démontrent le paradoxe entre la valorisation de cette nature et des pratiques qui ne sont pas en adéquation avec celle-ci : aucune gestion des déchets, solution d’assainissement des eaux vieillissante, utilisation sans limite de l’électricité ou encore nourriture et boissons industrielles.

Avec des clients de plus ne plus conscientisés et engagés, un changement de paradigme est en train de s’opérer. Le glamping et l’éco-camping se développent et on peut voir fleurir une offre de séjours sous forme de yourtes, de tipis ou encore de cabanes, le tout inscrit dans des pratiques circulaires et locales. Face à ces offres, le camping traditionnel emboîte le pas et développe ses propres axes de développement durable.

Du camping durable

L’Organisation Mondiale du Tourisme définit le tourisme durable comme « un tourisme qui tient compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ».

L’hôtellerie de plein air s’inscrit pleinement dans cette définition et travaille activement sur les axes économiques, sociaux et environnementaux du tourisme durable.

Présente sur l’ensemble du territoire et pas uniquement dans les zones où se développe le tourisme de masse, l’hôtellerie de plein air offre des séjours de proximité, à la découverte de nouvelles contrées et ne nécessitant pas de longs déplacements. Un réel avantage pour attirer des clients de régions proches, hors-saison.

Pour développer un autre type de tourisme de plein air, il faut attirer de nouveaux publics. En diversifiant son offre, l’hôtellerie de plein air propose des séjours pour tous les budgets. De nombreux campings travaillent pour favoriser l’obtention d’aides au départ en vacances fournies par l’Etat ou par des associations. Un sacré coup de pouce pour toutes les personnes, en particulier les jeunes, qui n’ont pas accès à des loisirs et moments de détente de qualité.

Un camping tisse des liens entre les personnes mais aussi avec sa région. Par son activité, il développe une économie locale et est garant du lien social : emplois locaux, maintien des commerces et des services de proximité, développement d’activités de loisir, production de produits locaux qu’ils soient de bouche ou d’artisanat, … les initiatives sont nombreuses et inscrivent l’hôtellerie de plein air dans son environnement.

Et pour le protéger, les campings passent en mode éco-responsables. Ils multiplient les actions de petite et grandes échelle pour rendre leurs infrastructures plus résilientes. Plusieurs axes sont travaillés : gestion des déchets, économie d’énergie et électricité verte, développement de la biodiversité ou encore la gestion des eaux à la parcelle.

Des labels écologiques

Ces axes sont prioritaires en vue de l’obtention de labels de qualité écologiques. Clef Verte, Ecolabel EU, Green Globe, Camping Qualité, …tous ont les mêmes objectifs : participer au développement d’un tourisme éco-reponsable et engager l’hôtellerie de plein air dans une démarche de durabilité et de protection de l’environnement.

Les critères d’obtention sont différents d’un label à l’autre mais se rejoignent en termes de thématiques. Citons notamment :

  • Politique environnementale générale
  • Responsabilité sociale
  • Sensibilisation de la clientèle à l’environnement
  • Gestion des déchets
  • Gestion de l’énergie
  • Gestion de l’eau
  • Achats responsables et locaux

Ces labels sont pour la plupart évolutifs. Les progrès technologiques et l’évolution des enjeux environnementaux renforcent certains critères ou en imposent de nouveaux. Lorsqu’un établissement de plein air fait une demande pour l’obtention d’un de ces labels, il sait qu’il va devoir s’investir sur une longue période. Garder un label de qualité demande de l’investissement, financier bien sûr mais également humain.

Et sans les clients, c’est impossible. L’adhésion du public est capitale et l’hôtellerie de plein air bénéficie d’une place de choix pour sensibiliser le public. Finalement, n’est-il pas là pour se mettre au vert ?

Bienvenue chez Eloy Water Nous avons détecté que vous êtes localisé dans un autre pays. Veuillez sélectionner la zone qui correspond le mieux à votre emplacement.

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience en ligne possible. En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies en accord avec nos conditions générales d'utilisation.